Actualités
Maintenant vous lisez
Coronavirus et menace de récession mondiale. "Le crash sur le marché pétrolier n'est que la pointe de l'iceberg"
0

Coronavirus et menace de récession mondiale. "Le crash sur le marché pétrolier n'est que la pointe de l'iceberg"

établi Forex ClubMars 10 2020

Le coronavirus contribue à une augmentation des décès, de la panique et d'un certain nombre d'événements pouvant conduire à une récession soudaine. L'OCDE prévoit que le taux de croissance de l'économie mondiale diminuera d'environ 0,5 point de pourcentage. Quels sont les scénarios possibles?

Le coronavirus est beaucoup plus dangereux qu'on ne le pensait jusqu'à récemment, selon CNBC, citant  employés de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le taux de mortalité est de 3,4% et les estimations précédentes concernaient XNUMX% des personnes infectées.

Le scénario pessimiste suppose une pandémie, c'est-à-dire une épidémie de la maladie en grandes grappes, sur différents continents, simultanément. Le coronavirus est une crainte commune, bien qu'il ne s'agisse pas de la première épidémie d'une telle ampleur ces dernières années. Il y a un peu plus de 100 ans, la grippe espagnole a infecté 25 à 30% de la population mondiale et tué environ 40 à 100 millions de personnes.

Mais sans chercher trop loin - au cours des 10 dernières années, l'Organisation mondiale de la santé a annoncé la menace d'une pandémie à cinq reprises: en 2009 en raison du virus de la grippe H1N1; en 2014 - polio; 2014 - virus Ebola; en 2016 - le virus Zika; en 2019 - encore une fois à cause d'Ebola. Cependant, aucune épidémie n'est qualifiée de pandémie.

La dernière pandémie annoncée a été la pandémie de grippe H1N1, qui a éclaté en 2009 et tué plusieurs centaines de milliers de personnes au cours des mois suivants. L'Organisation mondiale de la santé a ensuite été critiquée pour avoir annoncé une pandémie, car cette décision a contraint les États à prendre des contre-mesures coûteuses, ce qui peut expliquer pourquoi l'OMS essaie aujourd'hui d'éviter le terme «pandémie».

Malgré les efforts de la Chine, des flambées secondaires sont apparues, d'abord en dehors de Wuhan même, coupées du monde, puis en dehors de la Chine. De plus, l'OMS voit un foyer très dangereux d'une pandémie mondiale au Moyen-Orient. Fuites de frontières, augmentation des mouvements de travailleurs en provenance des pays les plus pauvres du monde, grands aéroports (et toujours ouverts)

On peut donc conclure que la mobilité des personnes entrave le bon fonctionnement de la médecine moderne. C'est pourquoi les effets des personnes et des économies sont largement commentés.

En raison de l'épidémie, les banques centrales ont baissé les taux d'intérêt - celle américaine Réserve Fédérale (Fed) a décidé de se replier sur les taux d'intérêt pour la première fois depuis 2008. - Pla politique monétaire n'est pas le meilleur remède à un choc de l'activité économique - ici la politique budgétaire a plus de marge de manœuvre. La décision de la Fed de la semaine dernière a montré que même une baisse de 50 points de base pourrait ne pas ramener la paix sur les marchés si elle était perçue comme insuffisante. En outre, les bourses mondiales sont en baisse face aux craintes des investisseurs de poursuivre le développement de l'épidémie  coronavirus - dit Konrad Białas, économiste en chef chez TMS Brokers.

Scénarios possibles

« À la fin de la première semaine de mars, nous avons vu des baisses massives sur les marchés, et la deuxième semaine du mois a ouvert le soi-disant lundi noir. Nous avons assisté à de brusques remaniements sur le marché des devises, à de fortes baisses des contrats, notamment sur le DAX ou le S&P500, des baisses sur les bourses et l'arrêt des échanges sur les actions américaines, le prix le plus bas du WIG20 depuis 2009 et un krach sur le marché du pétrole brut (le prix de l'or noir a même chuté de 30%). - La baisse de la demande de pétrole n'est que la pointe de l'iceberg" - ocenia Bartosz Sawicki, chef du département d'analyse de TMS Brokers et ajoute - "L'EIA rapporte que la demande de pétrole en 2020 n'augmentera pas pour la première fois depuis 2009, au bas de la crise financière mondiale."

L'épidémie croissante de coronavirus se traduit par une baisse de la demande de pétrole. À ce stade, il est difficile de l'estimer de manière fiable, mais la quarantaine elle-même en Chine devait réduire la demande de plusieurs centaines de milliers de barils par jour et par an. Dans une situation sensible, les pays de l'OPEP n'ont pas pu trouver d'accord avec la Russie concernant l'ampleur d'une nouvelle réduction de la production. 

Remaniement du marché pétrolier

Selon l'expert, des changements brusques attendent le marché des matières premières.

- De nombreux producteurs se retrouveront à nouveau sous la pression de prix inférieurs aux coûts d'extraction. Dans le même temps, il faut observer le marché du crédit, qui attire les capitaux comme un aimant. Le secteur de l'énergie détient une part importante du marché des obligations de sociétés les plus risquées aux États-Unis. Le krach pétrolier pourrait également entraîner une nouvelle baisse des dépenses des entreprises américaines en biens durables. Ici, les menaces déjà connues sont les quarantaines et les problèmes de disponibilité de certaines marchandises - pense Sawicki.

Qui plus est, la plus grande entreprise pétrolière du monde, Saudi Aramco, prévoit des livraisons à 12,3 millions de barils par jour en avril. A titre de comparaison, l'Arabie saoudite en janvier a limité sa production à moins de 10 millions de barils par jour. Les grands producteurs, récents alliés de l'OPEP +, ont l'intention de se battre pour des parts de marché en augmentant la production et en vendant du pétrole à un rabais énorme. En réponse aux informations, le prix du pétrole WTI est passé de 33,50 à 32 USD le baril.

Soutien de la banque centrale

De plus, on peut s'attendre à ce que l'économie mondiale souffre non seulement en termes de demande (moins de personnes bénéficieront d'offres de voyages), d'approvisionnement (suspension de la production, entre autres, dans les usines chinoises), mais aussi en termes d'augmentation des dépenses publiques.

- La politique budgétaire et monétaire a été mise à profit pour contrer les effets du virus - évalue l'économiste en chef TMS Brokers Konrad Białas.

Rien n'indique clairement que d'autres gouvernements et banques centrales voient la nécessité de prendre des mesures extraordinaires, bien qu'il y ait des assurances qu'ils sont prêts à prendre les mesures nécessaires. Le problème est que les marchés et les décideurs sont très en décalage par rapport à cette nécessité.

- Dans le G10, la RBA et la Banque du Canada ont déjà baissé les taux d'intérêt, même s'il faut admettre qu'il leur était plus facile de prendre cette décision lors des réunions déjà programmées. La BCE, la Banque d'Angleterre ou la Banque du Japon poursuivent leurs activités sur garanties verbales et en utilisant la nécessité d'obtenir des données supplémentaires. Je ne suis pas partisan de réagir moi-même, mais maintenant, chaque jour, apaiser les investisseurs, les consommateurs et les entrepreneurs peut peser sur la question de savoir si les économies vont entrer en récession - déclare l'économiste en chef TMS Brokers Konrad Białas.

En raison de l'épidémie, le taux de croissance de l'économie mondiale baissera d'environ 0,5 point de pourcentage. - prévoit l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Cela affectera, entre autres les restrictions contre la propagation du virus et les problèmes résultant de la rupture des connexions commerciales. Selon ce scénario, l'épidémie commencera à expirer au deuxième trimestre de cette année, car la lutte contre COVID-19 n'aura pas lieu dans d'autres pays comme en Chine, où l'économie a été presque paralysée par des restrictions à la circulation des personnes. Et cela suffit à ralentir le rythme de l'économie mondiale de 0,5%. par rapport au scénario de novembre 2019, lorsque  L'OCDE a supposé qu'il s'élèverait à 2,9 pour cent. Résultat au niveau de 2,4% serait le plus faible depuis 2009.

Conséquences politiques

On dit depuis des mois que l'économie ralentit, que le spectre de la récession mondiale plane sur nous. Le coronavirus peut couper la bande de spéculation et faire du buste une réalité. Cela aura des conséquences non seulement économiques mais aussi politiques.

Récemment, l'économiste Nouriel Roubini, Ph.D. de l'Université Harvard, a parlé de la crise de 2008. Il affirme maintenant que les marchés boursiers perdront 30 à 40% en raison du coronavirus. Et que c'est un moment qui ruinera les chances de Donald Trump de remporter l'élection présidentielle.

- Ça a toujours été comme ça dans l'histoire. Ford a perdu contre Carter après le choc pétrolier de 1973, Carter a perdu contre Reagan après un deuxième choc pétrolier en 1979 et Bush a perdu contre Clinton après l'invasion du Koweït. Les démocrates ne sont pas durs, mais Trump est mort - évalue Nouriel Roubini.

Roubini n'est pas seul dans son appréciation. De nombreux observateurs politiques américains s'accordent à dire que c'est l'épidémie qui élira un nouveau président, et une éventuelle épidémie de coronavirus en Amérique et plonger l'économie dans la récession éliminerait les plus grands atouts de Trump lors de cette élection. Tout comme garder la situation sous contrôle ferait de lui un favori incontesté.

Il en va de même pour les élections présidentielles polonaises. Le président sortant et le candidat indépendant à la présidentielle Szymon Hołownia ont annoncé lundi qu'en raison de la menace du coronavirus, ils abandonnaient les grandes réunions ouvertes pendant la campagne électorale. Le chef du cabinet du Premier ministre, Michał Dworczyk, n'exclut pas de reporter la date des élections.

- Si le développement du coronavirus se produisait comme en Italie et couvrait, par exemple, toute la province, et des communes entières étaient en quarantaine, il faudrait penser à introduire un état de catastrophe naturelle - dit-il.

Cependant, le scénario le plus pessimiste suppose Les scènes de Dante, invisibles de De la Grande Dépression: quarantaines officielles, auto-isolement, espaces vides dans les magasins, augmentations de prix ou mise en quarantaine forcée d'entreprises qui, par exemple selon la législation spéciale récemment adoptée - devront céder une partie de leurs actifs pour lutter contre le coronavirus.

Un certain nombre de ces événements sont comme une chaîne qui peut conduire à une récession soudaine.

Les marchés tentent de rebondir après la crise de lundi, mais les rapports sur les coronavirus nous rappellent que cela pourrait empirer avant de s'améliorer. Les investisseurs doivent manœuvrer entre les informations sur toute l'Italie tombant dans la zone rouge et les annonces d'un nouveau paquet économique aux États-Unis. L'aversion au risque sera soutenue, mais il y aura des moments de rassemblements de secours - mais apaise Konrad Białas, économiste en chef chez TMS Brokers.

Źródło: Matériel de presse DM TMS Brokers

Qu'en penses-tu?
Je
50 %
intéressant
50 %
Heh ...
0%
Shock!
0%
Je n'aime pas
0%
blessure
0%
À propos de l'auteur
Forex Club
Forex Club est l'un des plus grands et des plus anciens portails d'investissement polonais - forex et outils de trading. C'est un projet original lancé en 2008 et une marque reconnaissable centrée sur le marché des devises.